Article paru dans la Marseillaise du 18 décembre 2011